Sélectionner une page

POINT INFO SUR LA MAISON MEDICALE

L’hiver s’est bien passé à la maison médicale. Le professionnalisme des médecins et les moyens mis à leur disposition par la commune ont permis d’assurer la permanence des secours dans de bonnes conditions.
 
Pour rappel, Samoëns a :
– assuré, aux médecins, la gratuité des locaux et des charges liées,
– mis à disposition du personnel pour environ 75 000 €, justifié par la permanence des secours qui doit être assurée par la commune lorsque la station est ouverte en hiver,
– fourni le matériel là aussi gratuitement.
 
11 réunions avec le Maire et la DGS, entre mi-octobre et mi-décembre, ont permis de mettre en place l’organisation de cet hiver, sans compter les entretiens, les recrutements, l’établissement des conventions et contrats.
 
C’est un travail de l’ombre, mais sans cela, rien n’aurait fonctionné.
Les médecins ont été revus cet hiver le 27/01 et le 31/03 pour envisager l’après saison d’hiver et le personnel a été suivi par la Directrice des ressources humaines arrivée en janvier, à qui nous avons confié ce dossier prioritaire.
 
Le Maire a rencontré individuellement les médecins les 8, 9 et 16/04 et est resté à disposition de tous, secrétaires, pharmacien… de nombreux contacts informels avec chacun ont eu lieu.
 
Au-delà des relations humaines pas toujours faciles, il ressort que cette saison d’hiver « normale » nous permet d’évaluer le dispositif et de voir les particularités de notre centre médical :
Un faible nombre de patients : 1000 à Samoëns (2600 à Morillon) c’est lié au prix de la consultation à Samoëns (+ de 30€ avant 2021) et au départ des médecins en décembre 2020. A l’époque, leur patientèle locale s’est répartie sur les médecins alentours (Samoëns, Morillon, Verchaix, Taninges) et maintenant Sixt.
Le comportement des locaux, en général, est de considérer le centre médical pour l’urgence. Pour le suivi régulier, les médecins généralistes travaillant seuls sont privilégiés.
Une traumatologie hivernale éclatée : dans notre vallée, cette activité se répartit entre Morillon (25 cas par jour en pic) et Samoëns (40 cas par jour en pic).
Les frais fixes ne sont pas mutualisés (radio, personnel…). Si on compare à Morzine, 80 cas par jour en pic au même endroit.
Environ 15% de patientèle étrangère : en médecine libérale, les patients étrangers ne sont pas facturés au tarif sécurité sociale. En général ils payent 1.5 à 2 fois le tarif. Certains centres médicaux de montagne ont 50% de clients étrangers.
Des consultations plafonnées à 25 € et des charges qui augmentent (sans parler du loyer et des charge locatives qui pour l’instant ne sont pas facturés aux médecins).
L’Etat n’envisage pas d’augmenter les tarifs des consultations. Un dispositif permettant un complément de revenu sous conditions est mis en place. Pour nos médecins dans un centre médical tourné traumatologie, ce n’est pas gagné car ce dispositif est plutôt basé sur les suivis de patients au long cours.
Pour cela, les médecins doivent changer les logiciels, changer les lecteurs de cartes vitales (tout cela coûte cher) et faire de l’administratif pour obtenir ce complément de revenu. Il y a pas mal de doutes sur l’avenir et comment tout cela va se décliner concrètement et évoluer dans le temps. L’Etat peut changer les règles du jeu.
Pas facile pour des jeunes médecins de s’engager sur du long terme dans ces conditions.
 
Notre centre médical est un cas particulier, vraiment difficile à équilibrer en secteur 1. Des discussions autour d’un budget prévisionnel sont en cours avec les médecins qui souhaiteraient rester à Samoëns et en prévision de l’accueil éventuel de nouvelles recrues.
 
Rien de cela ne garantit la présence de médecin cet été au centre médical à ce stade, même si la gratuité des locaux leur reste acquise le temps de construire quelque chose de pérenne.
A la lecture de ces quelques éléments, la pertinence d’une maison de santé pluridisciplinaire est plus que jamais mise en exergue. Ce projet peut se monter en 3 ans. Une MSP est une complexe alchimie entre des moyens mis à disposition et des personnalités qui doivent accepter certains compromis pour travailler ensemble.
Souhaitons que les professionnels de santé, indispensables à la création de cette MSP, sachent s’entendre autour d’un projet commun.
La commune de Samoëns sera à leurs côtés et facilitatrice avec les collectivités voisines et la CCMG.
 
La fermeture à l’initiative des médecins de la maison médicale, hors secteur paramédical, appelle un certain nombre de questions de nos concitoyens.
Ci-après, quelques réponses :
– Les médecins détiennent les dossiers médicaux de leurs patients et ceux-ci peuvent le leur demander par courrier.
– Officiellement, 3 médecins sont installés au centre médical. Certains souhaitent revoir leurs orientations futures, mais dans l’immédiat et pour quelques semaines encore, ils restent domiciliés à Samoëns.
La pénurie de médecins traitants sur le département est très compliquée dans un contexte d’augmentation de la population. Dans la vallée du Giffre nous ne sommes pas épargnés même si nous avons quand même un certain nombre de médecins. Ce sujet est commun à bien des territoires au niveau national comme vous pourrez le constater à la lecture de la couverture du « Courrier des Maires » de ce mois.
 
– Tout est fait pour maintenir l’offre de santé à Samoëns. Les relations médecins / collectivité sont cordiales et tout médecin qui souhaiterait avoir des renseignements pour les rejoindre sera chaleureusement accueilli.
 
Jean-Charles Mogenet
 
Aller au contenu principal